Extrait...

Calotropis procera:
Calotropis procera est un arbuste à latex blanc et à cime irrégulière pouvant atteindre 2 à 4 m de haut. 
Son écorce est épaisse et ligneuse et les rameaux sont finement pubescents. Les feuilles sont persistantes ovales, opposées, sessiles allant jusqu'à 30 cm de long et 16 cm de large. Inflorescence en cymes axillaires portant des fleurs de 1 - 2 cm de diamètre, odorantes, de couleur rose pourpre. Gros fruits vert, ovoïdes de 5 - 10 cm de long. Graines nombreuses entourées d'une bourre fine de couleur argentée. La floraison se déroule durant toute l'année aussi bien en saison sèche qu'en saison des pluies.

L'espèce est considérée comme invasive dans les pays où elle a été introduite et devenue naturalisée (Brézil, Australie, etc.). En Algérie elle est observée au Sahara jusqu'au Hoggar, dans les lits d'Oueds, pâturage dégradés et palmeraies abandonnées. Elle peut envahir rapidement de nouveau champs cultivés et nécessite une veille constante. La meilleur méthode serait un arrachage dès les premières apparitions (Benkhalifa, 2016). 

Son bois est utilisé pour la confection de selles de dromadaires et de planchettes coraniques, dans la construction de toits légers, la fabrication de piquets de tentes et de haies. La bourre des graines est employée en textile et pour rembourrer les coussins. Le latex renferme de la tripsine (Lab ferment actif et poison cardiaque). Il contient de la calotropine qui est administrée en cas de douleurs dentaires, contre les ulcères et la teigne. Les feuilles, par processus de fermentation, produisent du gaz de méthane à usage domestique. Le latex à l'état brut et les poussières d'écorces sont très dangereux pour les yeux.

Sahki A. et Sahki R.,2004le Hoggar promenade botanique.Imp. et éd. Atelier Esope. 311 pages.

Annonces


Ce site est aussi le votre. Nous vous proposons de s'inscrire et choisir vous même votre identifiant et votre mot de passe
Lire la Suite

Comment utiliser ce site ?
Lire la Suite

Cet espace est le votre. Utilisez-le pour passer des annonces relatives au développement et à la gestion des Ressources Biologiques. 
Lire la Suite

Décennie des Nations Unies pour la biodiversité 
Lire la Suite

Le CNDRB lance le réseau des lichens en Algérie
Lire la Suite

Dernieres Espèces Saisies

Nombre total d'espèces saisies: 4543
Retour à la liste des espèces

Espèce




Forme biologique: Orchidée(s)

Nature: Naturelle

Description:
Groupe Ophrys mirabilis Geniez & Melki, 1991

Ce groupe ne contient qu'une seule espèce, O. mirabilis, endémique de Sicile où elle est très rare, limitée à peu de stations ne contenant en général que peu d'individus. Elle est probablement conspécifique avec O. hayekii décrit de Tunisie mais non retrouvé récemment, ce qui ne signifie pas qu'il y ait disparu.

Récemment l'espèce a été découverte en Kabylie (Algérie) par Rebbas & Véla (2008)  (http://www.ophrys-genus.be/a11.htm; http://www.ophrys-orchis.populus.ch).

Cet Ophrys de Chemini possède des fleurs de taille moyenne pour un ophrys de la section Pseudophrys. Les pétales sont relativement longs (atteignant au moins les 3/4 des sépales) et légèrement ondulés. Le labelle possède une gorge plate non sillonnée en V. Il est globalement assez plan, ni fortement convexe comme chez les ophrys du sous-groupe omegaifera / dyris, ni fortement concave comme chez ceux du sous-groupe atlantica / hayekii. Le labelle possède également une découpe caractéristique relativement étroite qui contraste fortement avec les labelles très larges des deux sous-groupes mentionnés ci-avant. Le labelle mesure de 15 à 18 mm de long par 10-13 mm de large (étalé). Les pétales mesurent environ 9-10 mm de long par 2-2,5 mm de large (Rebbas et Véla, 2008). Les sépales mesurent 12-13 mm de long par 5 mm de largeur apparente (sans compter les bords repliés).


Ressources Impliquées

Personnes ressources:
pas de nouvelles informations!
Les Institutions:
pas de nouvelles informations!

Savoirs et Savoir faire

pas de savoir et savoire-faire pour cet espece!!

Habitats

non

Media



Avez vous des photos? Vidéos? Sons à partager?


Références Bibliographiques

Compilée par: K. Rebbas le :11/06/2012